Aller au contenu principal
Carrières

  Interview

Sandra Martin, Chargée d’études au service formation, Crédit Mutuel Océan

"Je dirais que chacun est acteur de son évolution professionnelle. Si je veux évoluer, je peux."

Sandra Martin
Chargée d’études au service formation, Crédit Mutuel Océan

 

   

“En 2017, le budget de formation du Crédit Mutuel Océan a représenté 7,55% de la masse salariale. Ce qui est donc très conséquent.”

img-1.png

 

Que répondez-vous aux jeunes diplômés qui craignent de faire toute leur vie le même métier ?

Je leur répondrai qu’ils ont bien fait de choisir la banque parce que, notamment au Crédit Mutuel Océan, on a la possibilité de changer de métier. Nous commençons tous, en général, par la branche des particuliers puis on peut évoluer vers la clientèle professionnelle, la gestion de patrimoine, ou encore le management. Il y a également la possibilité de s’orienter vers les métiers du siège, sur des expertises. Tout cela est accompagné par des formations. Je dirai que chacun est acteur de son évolution professionnelle. Si je veux évoluer, je peux.

A quel rythme ?

En général, on commence par la clientèle des particuliers pendant quatre ou cinq ans. Ensuite, il est possible d’évoluer et de se diriger vers les professionnels, ou la gestion d’un groupe de professionnels, pour aller ensuite au Crédit Mutuel Entreprise, qui regroupe les grosses entreprises. A chaque fois, l’entreprise accompagne les personnes.

De quelle manière le Crédit Mutuel Océan serait plus à l’écoute de ses salariés que ses concurrents ?

Parce que notre organisation est non centralisée, la proximité a une importance capitale ; la gestion des collègues se fait par les managers directs. Pour l’évolution, il est donc plus facile de parler à son manager qui nous connaît et est le plus à même de déceler nos potentiels.

 

 

Comment vos collaborateurs réussissent-ils à concilier leur formation et leur activité quotidienne ?

Pour la première fois cette année, nous avons mis en place une Certification Qualifiante Professionnelle (CQP) pour deux groupes de personnes souhaitant travailler avec des clients professionnels. Cinq personnes ont été sorties de leur contexte de travail, sans portefeuille, pour se retrouver pendant six mois en sureffectif dans une agence. Résultat, ils n’ont pas la contrainte des clients et peuvent vraiment se concentrer sur la formation, qui se déroule en alternance, avec des formations et des temps de présence en agence. Ils peuvent aussi aller en rendez-vous en binôme, prendre des rendez-vous ponctuels sur le portefeuille du tuteur mais ils n’ont pas de portefeuille attribué. Au terme de cette formation, ils sont affectés dans une agence. Ce principe a très bien fonctionné : dans le premier groupe, tout le monde a eu son examen, le second groupe vient quant à lui de commencer.

De quels moyens disposez-vous pour mettre en œuvre une telle politique ?

En 2017, le budget de formation du Crédit Mutuel Océan a représenté 7,55% de la masse salariale. Ce qui est donc très conséquent. Avec les nouvelles réglementations, je peux déjà vous dire que cela ne va pas diminuer, bien au contraire. Par ailleurs, nous nous orientons de plus en plus vers des formations certifiantes, avec une montée en compétence. La formation prend donc une place toujours plus importante.

Résultat, vos talents sont-ils plus fidèles ?

Il y a quelques départs, ne le cachons pas, mais très peu. Nous enregistrons davantage d’arrivées des autres banques que de départs. Il faut également dire que nous sommes dans une région qui attire de plus de plus de monde. Des gens de la région parisienne ou d’autres grandes villes viennent chercher ici une meilleure qualité de vie. Sans compter qu’il y en a plusieurs qui partent et qui reviennent. J’en ai deux en tête au moment où je vous parle !

 

img-2.png

 

   

“Nous nous orientons de plus en plus vers des formations certifiantes, avec une montée en compétence.”